Espace chroniqueur

Brigitte MAROILLAT

S_avatar

MAROILLAT

Brigitte

Paris

Chroniqueur depuis le 07 janvier 2018

De formation juridique, elle a découvert l'Opéra à l'adolescence par les émissions et ouvrages de l'écrivain et poète Alain Duault. De 2013 à 2016, elle a collaboré en qualité de chroniqueuse au site Le Mille ed una notte all'Opera crée par Marco Conti, pour couvrir l'actualité des productions lyriques en Italie, en Suisse, en Belgique et en Allemagne. En 2017, elle crée le blog Recondite Armonie dédié à l'Opéra et à la musique, écrit en trois langues dans une approche littéraire et poétique. Elle est aussi l'administratrice de la page FB du baryton-basse José van Dam.

Voir son profil Voir ses chroniques

Toutes ses chroniques . 5

L'Heure Espagnole à l'Opéra de Lyon, une fantaisie onirique au...

Brigitte MAROILLAT

Il y a des spectacles qui font naitre des tics tacs nouveaux et, battant un tempo sans aiguille ni seconde, parviennent à nous faire oublier, dans l’éblouissement d’une parenthèse enchantée, que le temps continue à s’égrener. Tel est le cas de cette nouvelle production de l’Heure Espagnole dont la première a eu lieu samedi dernier à Lyon. A mi-chemin entre le conte pour enfants et la comédie...


Semiramide à la Fenice, une mise à nu des âmes dans un clair-o...

Brigitte MAROILLAT

Hommage luxuriant à l’Opera Seria, la dernière œuvre italienne de Rossini écrite pour sa muse, Isabella Colbran, se veut incontestablement l’émissaire du chant porté à son degré de technicité le plus haut au point d’être souvent qualifiée de pyrotechnie vocale. En outre, la vision d’un Orient fastueux avec ses entrelacs de situations complexes qui se succèdent à un rythme...


Il Barbiere di Siviglia à la Fenice, une voix au pupitre pour ...

Brigitte MAROILLAT

Pour commémorer le 150ème anniversaire de la mort de Rossini, le théâtre de la Fenice a convié pour ce Barbier de Séville l’éclectique ténor Gregory Kunde dans la fosse, et a ressorti de beaux habits, ceux de la mise en scène de Bepi Morassi, désormais un classique de la scène vénitienne, sublimé par les lumières de Vilmo Furian. C’est donc dans cette parure que la plus...